top of page

Pourquoi le fait maison, c'est mieux ?

Que ce soit à la maison ou au restaurant, on aime tous bien manger. c'est à dire bon au goût bien sûr, mais aussi bon pour notre santé et pour la planète aussi, qui nous nourrit "de la terre à l'assiette".






Il y a de nombreuses raisons pour préférer cuisiner maison que d'acheter du tout fait. Une de ces raisons est le plaisir de préparer les légumes, les viandes, les desserts... et le bonheur de voir se régaler les convives. On cuisine souvent "pour" quelqu'un, pour le plaisir de faire un cadeau culinaire. Mais il y a aussi des raisons pratiques, de bon sens et nutritionnelles pour éviter lezs produits transformés industriellement.


Voici donc aujourd'hui 4 bonnes raisons incontournables de cuisiner maison :





1. CONSOMMER MOINS DE SEL


Le plats cuisinées ou les produits transformés sont la plupart du temps beaucoup trop salés. En cuisinant vous-même, vous gérez la quantité de sel ajouté.Relever ses plats avec des épices, des condiments, des aromates et des fines herbes séchées ou même surgelées permet de les rendre plus goûteux et plus personnels, tout en mettant moins de sel.





2. CHOISIR SES MATIÈRES GRASSES ET GÉRER LES QUANTITÉS


En cuisinant maison, vous choisissez les matières grasses que vous ajoutez. Vous pouvez alors, par exemple, privilégier les huiles raffinées suivantes (liste bien sûr non exhaustive) :


  • L'huile de canola. Souvent confondue avec celle de colza, l'huile de canola est riche en oméga 3. Elle permet d'entretenir l'équilibre cardio-vasculaire. De plus, son point de fumée, c'est-à-dire lorsqu'elle commence à se dénaturer, est à 200°C ce qui permet de l'utiliser pour des plats à températures élevées, comme les grillades à feu vif, par exemple.


  • L'huile d'olive vierge extra Près de 100.000 tonnes d'huile d'olive sont consommées en France chaque année. Pleine de saveurs, elle est aussi connue pour sa forte teneur en acides gras monoinsaturés, également appelés oméga 9, qui permet notamment de réguler la température corporelle.  Son point de fumée est d'environ 195°C/198°C. Étant une matière grasse monoinsaturée, riche en acide oléique, elle se dégrade plus lentement à la chaleur.


  • L'huile de soja Cette huile est moins riche en acides gras monoinsaturés que l'huile d'olive, elle contient cependant davantage d'oméga 3.  De plus, son point de fumée culmine à 230°C, elle est donc idéale pour faire frire des aliments. 


  • L'huile de noix Riche en acides gras polyinsaturés, notamment en oméga-3, ce qui en fait un excellent choix pour une alimentation saine. Elle est connue pour ses effets positifs sur la santé cardiovasculaire et peut aider à réduire le mauvais cholestérol. De plus, elle contient des antioxydants, qui sont bénéfiques pour lutter contre le stress oxydatif et l'inflammation dans le corps.


  • L'Huile de Tournesol L'huile de tournesol est pauvre en graisses saturées et, selon le type que vous choisissez, elle peut être riche en AGPI, l'acide linoléique, ou en AGMI, l'acide oléique. Une huile de tournesol à forte teneur en acide oléique est considérée comme plus stable pour la cuisson. L'un des principaux inconvénients de cette huile de graine est qu'elle génère des aldéhydes plus nocifs que les huiles d'olive ou de canola, quel que soit le mode de cuisson utilisé. C'est pourquoi elle est recommandée pour les cuissons à basse température uniquement.


  • L'Huile de Sésame Couramment utilisée dans la cuisine asiatique, l'huile de sésame est fabriquée à partir de graines de sésame crues et pressées. Elle a un goût neutre et un point de fumée relativement élevé. L'huile de sésame est riche en composés actifs qui ont des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Son point de fumée est à 210C.


Il est préférable de réserver le beurre aux tartines du petit déjeuner ou cru, en noisette sur des légumes par exemple.





3. RÉDUIRE LES ALIMENTS ULTRA-TRANSFORMÉS



En cuisinant maison avec des produits bruts ou peu transformés, on limite sa consommation d'aliments dits ultra-transformés : sodas, céréales du petit déjeuner, biscuits et charcuterie industriels, nuggets, nouilles instantanées, plats cuisinés... Ils sont souvent trop gras, trop sucrés ou salés et contiennent des additifs dont on ne connait pas encore bien les conséquences sur la santé humaine.


Ainsi, faire sa vinaigrette soi-même est simple, rapide et ne contiendra ni sucres ni additifs, comme dans les vinaigrettes toutes préparés du commerce.





4. FAIRE DES ÉCONOMIES


Cuisiner maison ne coûte pas plus cher que d'acheter des plats tout fait, bien au contraire ! En effet les plats industriels sont en général plus chers que le même plat fait maison ( de 0,64 à 0,80€), si l'on ne retient que le coût d'achat, c'est à dire en ne tenant pas compte du temps de préparation.



Comentarios


Articles précédents
Articles récents
bottom of page